Moni Island – Île d’Égine

Moni Island

Le deuxième jour de notre voyage est consacré à l’île d’Égine, mais surtout, à Moni Island. On voulait au moins une journée durant le séjour dédiée à… Rien du tout ! Juste bronzer, se baigner et se reposer.

On met donc le cap sur l’île d’Égine depuis le Pirée, le port d’Athènes. On a fait la traversée en ferry parce que c’était moins cher et que j’ai un peu le mal de mer mais il est également possible de la faire en catamaran (plus rapide).

Une heure plus tard, nous voilà à Égine-Ville ! On prend directement un taxi pour se rendre à Perdika, un petit village de pêcheurs d’où partent des bateaux en direction de Moni Island. C’est la première fois du voyage qu’on se retrouve dans un endroit aussi typique avec ses avantages et ses inconvénients. Difficile de parler anglais loin des capitales !

Port de Perdika

Perdika et Moni Island

À peine à bord du bateau, on constate déjà la transparence de l’eau : on voit le sable au fond et les poissons ! Autant vous dire qu’on attend l’arrivée à Moni Island avec une impatience non dissimulée. Une île inhabitée, à l’état sauvage, avec juste une mini plage aménagée pour les touristes amenés en bateau par groupe d’une dizaine de personnes maximum : le rêve !

Après une traversée rapide, on accoste et aujourd’hui encore, je reste choquée par la beauté de l’endroit. Les paysages rappellent le maquis corse sauf qu’ici, pas d’humains à part nous ! L’île est habitée uniquement par des paons et des biches. On décide de faire un tour avant de s’installer sur un transat et de ne plus bouger. Cette escapade avait pour but premier de croiser un faon mais autant vous décevoir tout de suite : les paons ont été les seuls animaux qu’on a eu l’occasion de voir 🙁

Moni Island

Le reste de la journée n’est pas très intéressant à raconter mais ça reste l’un de mes meilleurs souvenirs de ces vacances. Quelques conseils si jamais la destination vous tente : si vous prévoyez de rester à la journée, amenez à manger ! Le bar de la plage est excessivement cher et pas terrible. Vérifiez bien les premiers et derniers horaires des bateaux, surtout hors saison, pour ne pas rester coincé là-bas (même si bon, y’a pire comme punition). Et préparez-vous à partager votre goûter avec les paons, pas sauvages du tout.

Paon à Moni Island

Retour à Égine-Ville puis à Athènes

On rentre vers 16h à Perdika et on décide de manger dans un restaurant de pêcheurs, au bord du port. Bon, en toute honnêteté, la nourriture n’était vraiment pas terrible et le cadre était bien la seule chose agréable. Il faut ensuite retourner à Égine-ville pour reprendre le ferry.

On passe l’heure qu’il nous reste à se balader un peu dans les rues et pour ma part, à acheter plein de produits à base de pistache, la spécialité de la ville. Je ne saurais que trop vous recommander le beurre de pistache ! On attend ensuite le ferry sur le port d’Égine et on sait qu’on va vivre une belle traversée : le soleil est en train de se coucher.

Coucher de soleil à Égine-ville

Ce voyage retour reste inoubliable pour moi. Le ciel qui passe par toutes les nuances de bleu, d’orange et de rose, la course du soleil qu’on suit au fil des vagues, le vent frais qui emmêle les cheveux… Pour rajouter un peu de magie à cette croisière, une chorale de touristes allemands se met à chanter sous les guirlandes lumineuses du ferry. L’arrivée à Athènes perce cette bulle hors du temps et je n’ai qu’une envie : manger, aller me coucher et essayer de graver à jamais les souvenirs de cette journée dans ma mémoire.

Ferry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *