Exo gonia : l’arrivée à Santorin

Exo gonia

Est-ce que le réveil à 3h du matin pour aller à l’aéroport a été marrant ? Nope. Mais en revanche, le très beau lever de soleil depuis l’avion a un peu compensé mon manque de sommeil. Direction Exo Gonia pour découvrir Santorin !

L’arrivée à la villa

Notre Airbnb mérite un paragraphe à lui tout seul je crois. Nous l’avons rejoint après une longue attente pour récupérer notre voiture de location, après s’être perdus puis coincés sur une route minuscule et en pente. Fun fact : à Santorin, les lieux n’ont pas de numéro, ce sont juste des lieux-dits. Donc autant vous dire que Google Maps n’est pas super utile sur l’île. Deuxième fun fact : la majorité des routes sont très étroites, en pente, à double sens alors qu’il n’y a clairement la place que pour un sens unique et parfois plus proches du chemin de campagne que de la véritable route. Bon, tout ça pour justifier le fait que j’ai coincé la voiture et que notre hôte a dû la conduire à ma place pour nous amener à la maison…

La ville à Exo Gonia

On arrive enfin et tout est exactement comme sur les photos : la douche à la grecque typique, le lit avec des néons en dessous (!!) et surtout, surtout, la terrasse avec vue sur la mer. Les rideaux n’étant pas très opaques, j’ai pu profiter tous les matins du lever de soleil sur la mer avant de retourner me coucher. L’hôte, trop gentille, nous emmenait également le petit-déjeuner tous les jours à l’heure indiquée : on mangeait donc nos tartines face à ce paysage paradisiaque. Un vrai sentiment de vacances !

La visite d’Exo Gonia

Au risque de vous décevoir, on a passé la matinée à dormir pour rattraper nos heures de sommeil manquées. Et vers midi, on a décidé d’aller manger dans le coin et de visiter les environs. Après le léger traumatisme de la voiture, je préférais qu’on profite de cette première journée pour explorer les villages alentours.

Et visiter Exo Gonia veut dire monter, beaucoup : 77 étages selon l’appli santé ! C’est calme, paisible, on voit des champs et peu de maisons, on croise des chèvres, on passe devant de belles cathédrales byzantines… Le vent, fort, nous pousse en avant et emmêle mes cheveux. On se balade, sans vraiment savoir où on va, juste pour apprécier la vue, l’air marin, le soleil qui tape. On monte jusqu’à Akrotiri avant de redescendre se reposer un peu avant de ressortir.

Une soirée à Kamari

Je décide de prendre mon courage à deux mains et de reprendre la voiture pour nous emmener jusqu’à Kamari, l’un des villages balnéaires de Santorin. Une grande route et pas de montée cette fois : on arrive donc sains et saufs ! On marche jusqu’à la plage de sable noir et on admire le paysage volcanique. On décide de s’installer à une terrasse parce que, quoi de mieux que de boire un cocktail en regardant le soleil se coucher sur la mer ? Des reprises de chansons pop au piano nous accompagnent et on voit deux chiens, jouer au loin dans les vagues. Le vent, toujours présent sur l’île, devient plus mordant une fois les rayons du soleil absents. Notre soirée s’arrête donc là, sur une ivresse due à la fatigue et des boissons trop chargées, avec le ciel rose qui contraste avec le sable noir en arrière plan.

Il est temps de dormir car, demain, la ville la plus instagrammable de Santorin nous attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *