Camden Town

Camden Town

Voilà un parfait exemple de ce que je disais dans l’article précédent. On est à Camden Town, au cœur de la culture punk et qu’est-ce qu’on a fait ? On pose devant un joli mur pour avoir de quoi changer nos photos de profil Facebook en rentrant. Merci de ne pas juger ma tenue, je sortais tout juste du lycée et je me cherchais un peu.

À l’époque, on ne savait pas trop comment ça fonctionnait les locations Airbnb, c’était la première fois pour moi. Alors, on avait réservé un appartement parce qu’il était grand, pas cher, avec immense terrasse et vue sur la Tamise. Donc là, vous attendez tous le point négatif… Bah, on était loin du centre. Mais bon, qu’est-ce que 30min dans la version londonienne d’un RER quand on vit l’un de ses premiers voyages d’adulte ?

On arrive donc enfin à Camden Town après ce périple. On y voit déjà le marché aux puces et les magasins punks qui séduisent mon ancienne âme d’émo. Des vinyles, des pantalons à carreaux, des Doc Martens, des pintes de bières, des salons de tatouages, des cupcakes (c’était pas encore has-been à l’époque)…

Je remarque aussi, déjà, que l’ambiance n’est pas la même qu’en France et particulièrement dans ce quartier-là. Les gens s’en foutent du regard des autres. Ils s’habillent comme ils veulent et moi, après avoir passé une heure à me préparer pour avoir le bon look de French girl qui fait pas trop touriste non plus, je sens que je fais tâche finalement. Et que j’aimerais bien m’en foutre autant qu’eux. Il n’y a plus qu’à espérer qu’un jour, cette mentalité finira par s’exporter de notre côté de la Manche…

On change de décor pour passer par Little Venice qui, comme son nom l’indique, se compose de canaux et de jolis petits bateaux. On finit à Abbey Road pour être finalement déçues par ce lieu mythique. Spoiler alert : c’est juste un passage piéton. Les voitures londoniennes y passent sans se formaliser et les gens qui essayent de recréer la célèbre photo de l’album des Beatles se font allégrement klaxonner.

La journée se finit dans un bar, avec de la bière (je faisais encore semblant d’aimer l’alcool pour avoir l’air cool à l’époque), sans surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *