Acropole et Agora

Acropole - Athènes

J’ai prévu de commencer la découverte d’Athènes par la visite de son monument le plus iconique : l’Acropole. Et comme ici, tout se mérite, on décide de monter à pied jusqu’à notre objectif.

L’Acropole

Il n’est que 10h, il fait déjà extrêmement chaud et on constate rapidement qu’on n’est pas les seuls sur le dossier. Heureusement que j’insiste pour toujours tout prévoir à l’avance ! On avait acheté nos billets d’entrée plusieurs semaines avant de partir. Résultat, pas de queue pour nous, on passe les portiques sans attendre.

Visite de l'Acropole

Malgré ça, on est loin d’être seuls au monde. Des centaines de touristes se pressent pour visiter ce monument de l’Antiquité. De mon côté, je ne sais plus où donner de la tête entre les colonnes gigantesques et le panorama sur Athènes. Mon cœur se serre un peu en constatant le voile noir qui flotte sur la ville. On m’avait dit que c’était l’une des capitales les plus polluées d’Europe mais c’est autre chose de le voir de ses propres yeux.

Acropole : la vue sur Athènes

Je reste tout de même émerveillée par le décor. On se sent tellement petit au milieu de ces bâtiments érigés il y a des milliers d’années. Ils ont traversé les siècles, les guerres, les catastrophes et ils sont toujours là, devant des touristes à l’avenir incertain.

Des chats se baladent nonchalamment. Ils grimpent sur des pierres ou se prélassent au soleil, ignorant totalement le fait qu’ils se trouvent dans le berceau de l’humanité. Classic cats.

Acropole : les chats

Il est maintenant temps d’aller manger. Dernière épreuve : redescendre de l’Acropole ! Le chemin est presque aussi sportif qu’à l’aller (ça glisse la pierre et le marbre !) . On fait une pause à l’ombre des oliviers, au son des cigales. Un musicien reprend « Still loving you » avec un instrument dont j’ignore le nom.

Acropole : les oliviers et les cigales

On découvre les plats typiques de viande « à la grecque » à des prix qui laissent entendre que le pays ne s’est pas encore relevé de sa catastrophe économique. Puis, direction le Musée de l’Acropole, où se trouvent toutes les statues qui n’auraient pas pu survivre aux affres du temps et de la météo.

Musée et Agora

Quatre mois après, c’est l’une des visites dont je me rappelle le moins car les photos étaient interdites à l’intérieur. Les souvenirs s’effacent tellement plus vite quand ils ne sont pas enregistrés dans nos téléphones… Je garde quand même en mémoire l »impressionnant travail de reconstitution des différents artistes et archéologues.

Agora romaine et acropole

Notre journée 100% historique se termine sur la visite de l’Agora romaine. Je crois que c’est l’endroit que j’ai préféré d’Athènes. Cette grande place, qui était autrefois le centre de toutes les affaires, est désormais un havre de paix au cœur de la ville. Des bâtiments en ruine, des arbres, des cigales, des bancs en pierre… On a l’impression d’être hors du temps et c’est encore plus beau sous cette lumière de fin d’après-midi.

Agora romaine

On rentre d’ailleurs juste à temps pour voir le soleil se coucher derrière une montagne, projetant des rayons rouges et orangés sur la ruine que j’ai fini par tant aimer. Après un peu de repos, on ressort pour boire un coup et manger un morceau à « Six Dogs ». On profite de la douce température sur une table en terrasse, toujours sous des guirlandes lumineuses, avant d’affronter le voyage en bateau du lendemain.

Ruine à Athènes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *